Une délégation des opérateurs économiques reçue par le ministre des affaires étrangères

Le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale SOUEF Mohamed Elamine a reçu ce samedi une délégation des patrons comoriens. Cette dernière a été  composée de la nouvelle OPACO, le MODEC ainsi que l’Agence Nationale Pour les Investissements ANPI. Au cours de cet entretien, le ministre a voulu s’argumenter devant les patrons comoriens pour que ces derniers puissent accompagner la vision du chef de l’état des Comores émergents d’ici 2030. Comme avec les représentants de la presse la fois dernière, le patron de la diplomatie a évoqué avec les patrons comoriens l’importance de l’organisation des assises nationales, pour tirer le bilan des quarante et deux années d’indépendance des Comores. Il a aussi détaillé la politique que mène le nouveau ministre ainsi que son ministère. Pour Souef, le temps que le ministre des affaires étrangères s’occupe exclusivement de la diplomatie du pays est révolu. Désormais le ministre s’impliquera dans tous les domaines pour trouver des solutions qui permettront au pays de se développer. Le chef de la diplomatie regrette que jusqu’aujourd’hui, l’apport des opérateurs comoriens dans le développement du pays reste invisible contrairement à d’autres pays de la région. « il est temps que cela change » avance le ministre. Selon lui, le pays par le biais des operateurs économiques n’arrivent pas à profiter des organismes internationaux pour tirer le maximum de profit. Le ministre des affaires étrangères promet aux patrons comoriens de continuer à ouvrir le pays à l’échelle internationale en intégrant beaucoup d’organismes qui faciliteront les opérateurs économiques à atteindre leurs objectifs. Il a aussi montré la disponibilité du ministère pour les accompagner afin qu’ils puissent réussir à leurs missions. Quant aux patrons comoriens, ils ont apprécié l’initiative du ministre Souef de les recevoir en ce jour cependant ils ont regretté que l’état comorien ne donne plus l’occasion à l’épanouissement des opérateurs comoriens. Ces derniers larmoient que beaucoup de marchés sont attribués à des étrangers à des frais exorbitants contrairement à des Comoriens qui le feront mieux avec des coûts trop bas. La question de la douane a été aussi soulevée par les opérateurs. Ils plaignent que des étrangers ont des facilités de douanes contrairement aux Comoriens. Pour finir, les patrons regrettent le manque de continuité de l’état, sources de recul des operateurs comoriens.

 

Fermeture du bureau de liaison de l’Union Africaine à Moroni

Le Ministre SOUEF Mohamed Elamine reçoit une representante de l’institution

Le Bureau de liaison de l’Union africaine à Moroni a officialisé sa fermeture. Une représentante de cette institution a été reçue ce jeudi après midi par le ministre des affaires étrangères. L’annonce de cette fermeture a été signifiée aux autorités comoriennes depuis un moment cependant c’est au cours de cette audience qu’a accordé Souef Mohamed Elamine à l’institution panafricaine que les clés du bureau de liaison de l’union africaine à Moroni ont été remis au ministre. L’Union africaine n’a cessé d’accompagner les Comores dans les moments les plus difficiles. Elle participe activement aux processus électoraux et s’implique davantage une fois que le besoin se manifeste. Lors de la crise sécessionniste, l’Union africaine était toujours là. Cette institution  a déployé des militaires dans le cadre de l’opération « démocratie aux Comores » en 2008. L’absence d’une représentation de l’Union Africaine à Moroni inquiète plus d’un. Suite à cette annonce, de nombreuses organisations de la société civile comorienne dont le Collège des sages, le Comité Maoré, la Fédération comorienne des consommateurs (Fcc) demandent au président en exercice de la Commission de l’Union africaine (Ua) de surseoir à la décision de fermer le bureau de liaison de l’organisation aux Comores.

Elles voient en l’Union Africaine des «appréciation et satisfaction» car elle  «n’a jamais ménagé ses efforts pour soutenir l’Union des Comores dans sa lutte pour son accession à l’indépendance, pour la défense de son intégrité territoriale, son unité nationale et le maintien de la stabilité politique dans le pays».

Désormais, les fonctions du  bureau de liaison de l’Union Africaine aux Comores sont transférées au siège de l’institution à Antananarivo. Rappelons que cette décision a été prise en 2015 lors de la 545ème réunion du conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine.

 

Luc HALLADE reçu par SOUEF Mohamed Elamine

Le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale Souef Mohamed Elamine est rentré au pays dans la délégation gouvernementale après avoir accompli le 5ème pilier de l’Islam à la Mecque. Aussitôt rentré, le ministre a repris son travail et a reçu tard dans la journée, dans son bureau l’ancien ambassadeur de France aux Comores qui occupe actuellement le poste d’ambassadeur délégué à  la coopération régionale dans l’océan indien qui se trouve en déplacement dans notre pays.

commissariat chargé de la diaspora au Mirex

Abdousalami, installé sur son fauteuil

Abdou Salami Abdou  est installé officiellement sur  son fauteuil  de nouveau commissaire chargé de la diaspora. Une  Passation technique  s’est tenue au ministère des affaires étrangères en présence du Secrétaire Général du ministère.

presque deux semaines après sa nomination, le nouveau commissaire chargé de la diaspora a pris officiellement ses fonctions ce mercredi 30 août. « permettez moi d’adresser mes remerciements les plus sincères au président de la république pour cette confiance qu’il vient de m’accorder » nous a déclaré  le nouveau commissaire. Il espère être à la hauteur des attentes non seulement du chef de l’état mais aussi de la diaspora. Abdousalami reconnait que ses missions sont majoritairement ignorées par la population. Le commissaire entrant  ne ménagera aucun effort pour que la diaspora comorienne puisse vivre de partout où elle se trouve en paix et en stabilité.  Lors de cette passation, beaucoup de points ont été évoqué mais le nouveau commissaire veillera beaucoup plus à la concrétisation du projet de vote de la diaspora. Le nouveau commissaire promet une conférence sur la diaspora dans les mois à venir pour étudier ensemble  les problèmes que rencontre notre diaspora. A en croire le commissaire, la question des moyens de transport  sera à l’ordre du jour de cette conférence. Il reconnait les difficultés que rencontrent les Comoriens de l’étranger pour se rendre dans leur  pays. Avoir une compagnie aérienne qui facilitera les déplacements de la diaspora reste pour le nouveau commissaire une priorité.  » Si nous réussissons à organiser notre diaspora, particulièrement celle de France, les moyens de nous acquérir cette compagnie deviendraient facile » conclut le commissaire à la diaspora. Quand à HASSANI Abdou, commissaire sortant, il dit quitter aujourd’hui ses fonctions la tête haute. « la suppression du visas de sorti est une proposition du commissariat de la diaspora » ajoute -t-il. Les soucis de la diaspora comorienne sont multiples et diversifiés. De ce fait les résoudre prend aussi du temps. Ce n’est pas une question des mois plutôt d’année nous explique le désormais ex-commissaire. Dans le compte du commissaire sortant:  » la réaction rapide et simultanée du ministère des affaires étrangères lors de la crise au Yémen pour le rapatriement des comoriens vivant dans ce pays ». Le nouveau commissaire dit solliciter le soutien de tout un chacun pour la reussite de ses mission et surtout pour faciliter la vie de nos concitoyens de l’exterieur.

Pour une diplomatie participative et effective

Le secrétaire d’état Hamidou Karihila se confie au journal « Al-Hayat » basé à Londres

Dans le cadre de la feuille de route initiée par le Ministre des Affaires Etrangères SOUEF Mohamed Elamine en collaboration avec le Secrétaire d’état chargé de la coopération avec le monde arabe Dr Hamidou karihila pour une diplomatie participative et effective, ce dernier a accordé un interview à nos confrères du journal al-hayat. Tout au long de cette interview, le Secrétaire d’état a divulgué en long et en large cette coopération qui existe entre les Comores et l’Arabie Saoudite. « Le Secrétaire d’état comorien chargé de la coopération avec le monde arabe dévoile tout en reconnaissant les aides qu’apporte le royaume d’Arabie Saoudite à son pays » titre le journal.

Le Secrétaire d’Etat, Dr Hamidou Karihila a débuté l’interview par adresser ses remerciements les plus sincères à l’endroit du serviteur des lieux saints pour toutes les dispositions prises afin de faciliter l’accomplissement en toute quiétude du cinquième pilier de l’islam par les Comoriens.  Le Secrétaire d’état a assuré que Le Roi d’Arabie Saoudite, Le Roi Salmane Ibn Abdoulaziz n’a cessé de soutenir les pèlerins comoriens depuis l’année dernière jusqu’à ce jour. Ainsi le transport de nos pèlerins vers les lieux saints de l’Islam est pris en charge par le roi Salmane en envoyant les avions qui les transportent. A en croire le secrétaire d’état, cet amour du roi salman envers les Comores et les Comoriens n’est pas surprenant, il s’agit là de la continuité des efforts de ses prédécesseurs. » Les relations entre les Comores et l’Arabie saoudite sont naturelles et plus qu’importantes notamment avec l’actuel président de l’Union des Comores, Son Excellence AZALI Assoumani » éclaircit le Dr Hamidou Karihila et insiste que ces relations datent de 1960 et se sont renforcées avec l’accession des Comores à la souveraineté internationale. Le Secrétaire d’état défend que l’Arabie Saoudite appuie les Comores dans plusieurs domaines. Il a cité entre autres des bourses d’étude, des infrastructures et les ressources humaines. « la plupart des élites comoriens sont formés en Arabie Saoudite » ajoute le Secrétaire d’état au journaliste d’Al-hayat. Pour prouver tous ses dires celui qui est chargé de la coopération avec le monde arabe déclare qu’entre 1999 et 2006, l’Arabie Saoudite a participé à l’installation de la Télévision Nationale Comorienne, aidé  l’Armée Nationale de Développement avec du matériel et des moyens de locomotion…. l’Arabie saoudite plaide et joue l’intermédiaire  entre les Comores et les pays arabes pour que ces derniers viennent investir aux Comores. C’est le cas d’une société de poisson basée à jeddah, le Fond Monetaire Arabe, une société d’agriculture basée à Doubaï et au Soudan. l’Arabie saoudite ne se limite pas à ces œuvres, il prend part activement pour que le Fond Saoudien de Développement puisse débloquer des fonds pour la construction et réfection  des routes aux Comores.

Le journal « Al-hayat » que signifie “La Vie” est la tribune préférée des intellectuels libéraux arabes qui veulent s’adresser à un large public. Créé à Beyrouth en 1946, le quotidien cesse de paraître en 1966 après l’assassinat de son fondateur, Kamel Mroué. Il renaît en 1988 à Londres et il est racheté en 1990 par le prince saoudien Khaled Ben Sultan. Al-Hayat, est devenu un média panarabe. Il est simultanément imprimé à Londres, New York, Beyrouth et dans plusieurs villes saoudiennes. Cet article que nous venons de détailler  paraît dans leur publication de ce 27 août.

Départ du ministre des affaires étrangères vers les lieux saints de l’Islam

L’intérim sera assuré par Dr Hamidou Karihila

Le ministre des affaires étrangères, de la coopération internationale et de la francophonie, chargé des comoriens de l’étranger, SOUEF Mohamed Elamine s’est envolé ce samedi pour les lieux saints de l’islam. Le chef de la diplomatie est accompagné avec le chef de l’Etat Son excellence AZALI Assoumani ainsi qu’une forte délégation gouvernementale. Si l’intérim du chef de l’état sera assuré par le vice-président Djaffar Ahmed said Hassani, celui du ministre des affaires étrangères sera assuré par le secrétaire d’état chargé de la coopération avec le monde arabe Dr HAMIDOU Karihila. C’est probablement ce qui explique ce long entretien qu’avait eu le ministre Souef et le secrétaire d’état Hamidou karihila dans le bureau du ministre quelques minutes avant  de prendre la direction de l’Aéroport International Moroni Prince Said Ibrahim. Dans ce même bureau, celui qui est chargé des affaires extérieures s’est entretenu avec son homologue chargé de l’intérieur Mohamed DAOUD. Il a aussi honoré de sa présence à une brève cérémonie d’adieu dédiée à l’ambassadeur du Soudan aux Comores Abdoulkarim Mohamed Youssouf tenue au palais présidentiel de Beit-salam. Le voyage du ministre durera jusqu’au 6 septembre prochain. Rappelons que tous les coûts de ce voyage présidentiel seront assurés par le gouvernement saoudien.

Rencontre du ministre des affaires étrangères avec la presse

Soeuf  Mohamed Elamine évoque les sujets d’actualité

Ce samedi matin, le ministre des affaires étrangères, Soeuf Mohamed Elamine a reçu la presse pour évoquer les sujets d’actualité. Le ministre veut instaurer cette pratique pour animer les Comores à l’ère de notre temps.  » En renouant aujourd’hui avec cette pratique, nous souhaitons, vous et nous, engager une dynamique qui nous permette de porter ensemble cette noble mission d’informer » a d’emblée annoncé le ministre. Il a ensuite  insisté sur son rôle ainsi que celui du ministère qu’il dirige notamment celui de faire la promotion du pays au niveau internationale. Le ministre reste convaincu que sans la presse, les activités des autorités resteront méconnus de la population. Il a à cet effet évoqué l’adhésion des Comores à la SADC et sollicite que cette fois ci, le pays puisse bénéficier de toutes les opportunités liées à cette institution régionale. Les représentants de la presse satisfait de cette nouvelle donne, n’ont pas cacher leurs satisfactions et ont vite inciter  le ministre à réagir sur beaucoup d’actualités.

Sur la politique étrangère, le ministre  dit miser beaucoup sur  son carnet d’adresse. Le fait d’avoir travailler dans des organismes internationaux appelés aujourd’hui à travailler avec les Comores  est un atout que le ministre compte exploiter. Soeuf ne restera pas les bras croisés pour attendre des dossiers exclusifs de son ministère, il compte s’impliquer dans tous les ministères en chacun ce qui lui concerne pour leur faciliter les tâches. L’exemple de l’énergie solaire, un dossier sur lequel le ministre est en discussion avec des partenaires indiens à été évoqué.

A propos de l’épineuse question de Mayotte, le ministre veut que tout le monde s’implique pour une solution définitive. Il entend créer un mécanisme de rapprochement entre Mayotte et les autres iles. Le ministre implore la presse nationale à insérer des sujets mahorais dans toutes leurs parutions quotidiennes. Il a ensuite reconnu qu’il faudra un long processus jusqu’au retour définitif de Mayotte. Sur ce rapprochement entre Mayotte et les autres iles, le ministre annonce qu’à la demande du président comorien et de son homologue français, des discussions seront ouvertes très prochainement.

Concernant la rupture diplomatique entre le Qatar et les Comores, le ministre sollicite qu’on dédramatise cette crise. « Nos relations avec l’Arabie Saoudite date de très longtemps, contrairement à celles du Qatar » se justifie le nouveau ministre. « C’est une question de leadership » ajoute-t-il. A ceux qui accusent  les Comores d’avoir agit vite en coupant ses relations diplomatiques, le ministre les invite à suivre l’actualité, « le Tchad vient de rompre ses relations diplomatiques avec le Qatar un mois après les Comores » précise le chef de la diplomatie comorienne.

Sur les assises nationales, le ministre rassure que notre pays était le premier à avoir organisé des assises nationales en 1990, mais avec le manque de communication, le monde retient le bénin comme celui qui les a organisé en premier. Selon lui, depuis l’accession des Comores à l’indépendance, beaucoup d’événements doivent être auscultés. Des coups d’état, des assassinats de nos chefs d’état, le séparatisme, les changements des constitutions, des drapeaux, l’enseignement, l’université… tous ces sujets méritent une auscultation à fond pour découdre les avantages, les inconvénients, les  causes et  conséquences. Le ministre réclame à ce que nos journalistes soient des journalistes d’investigations, à ne pas diffamer, plutôt de vérifier les informations jusqu’à la source, c’est pour cette raison qu’il a donné son numéro de téléphone mobile à tous les journalistes présent et déclare que les portes de son ministère restent ouvertes à la presse. Rappelons que durant son intervention, le ministre était entouré par son homologue de l’intérieur et de l’information, Mohamed Daoud  ainsi que le secrétaire d’état chargé de la coopération avec le monde arabe Dr Hamidou Karihila. Un rendez-vous pareil se tiendra au moins une fois par mois si l’on en croit les propos du chef de la diplomatie comorienne.

Diplomatie

L’ambassade des Comores en Egypte a un nouveau locataire

ANTOY AFFANDI BOINA, nouvel ambassadeur des Comores en Egypte

L’ambassade des Comores en Egypte n’a pas connu d’ambassadeur depuis le rappel de l’ancien ambassadeur Djaffar . C’est le ministre conseiller Ahmed Soilihi qui s’occupait des affaires courantes. Ainsi cette situation vient de connaitre un changement. Le président de la république Son Excellence AZALI ASSOUMANI vient de nommer  ANTOY AFFANDI BOINA, nouvel ambassadeur des Comores en Egypte. Le nouvel ambassadeur ne se rend pas sur un terrain inconnu puisqu’il y a fait ses études. Il y a obtenu son bac en 1989 et est sorti de l’Université Al-Azhar avec un diplôme de maîtrise en sciences religieuses en 1995. Aussitôt rentré, l’ambassade de Libye aux Comores fait appel à lui pour occuper le poste de traducteur. De 1997 à 2002, il devient professeur de la langue arabe au collège islamique  puis au lycée de Moroni ainsi qu’au collège de Nioumadzaha dans le Bambao. En 2003, il quitte le métier d’enseignant pour se rendre à Doubaï où il devient Vice Consul général et représentant commercial à Sharjah. Un poste qu’il occupa jusqu’en 2007, année au cours de laquelle il rentre au pays pour devenir traducteur et interprète au Ministère des Affaires Etrangères. Avant d’être nommé ambassadeur, Antoy cumulait les postes de Directeur de la traduction et assistant du Directeur General du protocole d’état au Ministère des Affaires Etrangères. Le nouvel ambassadeur est né à Mitsoudje Hambou le 3 septembre 1969 et est père de 4 enfants.

Ministère des Affaires Etrangères

La diaspora a un nouveau commissaire

Le président de l’Union des Comores, Son Excellence Azali Assoumani vient de nommer ce 23 Août un nouveau commissaire chargé de la diaspora comorienne. En effet c’est par décret N°17-095/PR que Monsieur ABDOUSSALAMI ABDOU, matricule N°20 422 I, est nommé commissaire chargé de la diaspora comorienne, auprès du ministère des affaires étrangères, de la coopération internationale et de la francophonie, chargé des Comoriens de l’étranger, en remplacement de Monsieur Hassani Abdou. ABDOUSSALAMI a beaucoup servi ces derniers temps au niveau de la vice présidence en charge du ministère de l’agriculture, de la pêche, de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme. Pendant 9 ans, de 1990 à 1999, Salami était Directeur Général adjoint des CADER de Cembenoi et de Dimadjou. Quelques temps après, il occupe la direction régionale de l’agriculture au niveau de Ngazidja. Il a été ainsi appelé au cabinet de la vice présidence de 2001-2005 pour assurer la tâche de responsable suivi et évaluation. De 2014 à 2016, il occupe le poste de contrôleur principal au niveau de l’INRAPE. Selon les dires du nouveau commissaire, la passation qui sera suivie de la prise de ses fonctions se tienda samedi 26 août prochain.

Nouvel Ambassadeur aux Emirats Arabes Unis

Said Toihir Said Nassur remplace Said Abdallah Abderemane

L’information vient de tomber, Said Toihir Said Ahmed vient d’être nommé ambassadeur des Comores aux Emirats Arabe Unis. Bien que le décret présidentiel ait été signé depuis le 17 août dernier mais l’information n’a été divulguée que tard dans la journée de ce 23 août. Connaisseurs des dossiers diplomatiques qui l’attendent pour avoir été en 2000, conseiller culturel à l’ambassade des Comores au Caire, le nouvel ambassadeur promet des relations bilatérales fructueuses entre les 2 nations. Said Toihir se rend dans une région qu’il maitrise parfaitement pour avoir été à maintes reprises conseiller dans les différentes chancelleries comoriennes dans le monde arabe. Il a aussi en 2006, occupé le poste de Directeur Général chargé du monde arabe au ministère des affaires étrangères. Diplomate de formation avec un Diplôme d’Etude approfondie (DEA) en relation et coopération internationales à la faculté de droit d’Aix en province, Said Toihir a acquis une expérience diplomatique longue de plus de 20 ans pour avoir intégré le ministère des affaires étrangères depuis 1994. Né à Vouvouni dans le Bambao, Said Toihir remplace à ce poste Said Abdallah Abderemane rappelé pour d’autres fonctions.