A l’occasion du Départ de l’ambassadeur de France aux Comores SEM Robby JUDES, Le ministre Souef Mohamed Elamine a organisé une cérémonie d’Adieu à Mitsoudjé. cette cérémonie a vu la présence de plusieurs autorités ainsi que le corps diplomatique accrédité à Moroni. à cette occasion le ministre comorien des affaires étrangères SEM Souef Mohamed El-Amine a prononcé un discours dont voici la teneur.

Monsieur l’Ambassadeur,

Honorable assistance,

Chers amis,

Je suis très heureux, au nom du Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur AZALI Assoumani et du Gouvernement comorien, de vous recevoir ce soir, « à la Maison », comme le veut notre tradition, pour marquer le parachèvement de votre mission d’Ambassadeur de France en terre comorienne.

Vous recevoir ici, Monsieur l’Ambassadeur, en lieu et place, des jardins du Ministère des Affaires Etrangères, du Reetaj ou de l’hôtel Itsandra Cristal, revêt une double signification :

Honorer une hôte de marque, la France, que vous avez représentée avec dignité et fidélité, des années durant. Cette France aux milles histoires avec les Comores, entrelacées, imbriquées et entremêlées, avec ses cycles faits de joie, mais aussi de replis et de tensions, la plupart du temps, contenus, pareille à toute vie partagée.

Et c’est à « la Maison », en particulier, que « l’on va aux fourneaux », pour honorer et dire à l’ami, en présence des amis que l’on a en partage, deux de nos plus belles formules nationales : « Karibou, Lalaounono, MsafaraMwema ».

Votre pays, la France, l’une des grandes sources du savoir, de la connaissance et du bien vivre quelques-unes des qualités qui caractérisent le bon diplomate, a beaucoup apporté à la Diplomatie en la fertilisant et en l’érigeant comme un des beaux-arts. Elle est l’une des belles intelligences qu’est l’écoute en nourrissant la détente, le dialogue et la paix.

Est-il besoin de souligner que l’action diplomatique de la France reste l’une des plus heureuses, par ses apports fructueux au Monde où elle s’illustre, chaque jour, dans tous les théâtres où les conflits et les tensions continuent de battre la mesure.

C’est cette science et cet art, qu’est la Diplomatie qui nous nourrit pour asseoir le vivre-ensemble dans notre Monde travaillé sans cesse, par l’intolérance et le rejet de l’autre dans tout ce qui fait sa différence avec moi.

Monsieur l’Ambassadeur,

Votre mission d’ambassadeur, dans notre pays, aura été l’une des plus remplies, mais aussi et surtout la mieux réussie, la paix ayant rythmé votre mission.

Cette paix a permis, en effet, d’ouvrir de nouvelles perspectives encourageantes, entre la France et les Comores, qui jamais, depuis 42 ans d’indépendance, n’ont été aussi proches d’un terrain d’entente, sur les sujets qui avaient fait dresser des chausse-trappes qui paraissaient, il n’y a pas si longtemps, infranchissables entre nos deux pays.

La Déclaration d’amitié signée entre la France et les Comores en 2013 et à laquelle vous avez grandement contribué à donner sens et consistance; L’alternance démocratique qui s’est opérée en 2016, à travers les élections présidentielles dont vous avez également, avec vos homologues ambassadeurs, accompagné le déroulement pacifique ; Et enfin la signature récente d’une feuille de route entre nos deux pays, dégageant les voies d’un rapprochement fraternel entre les Comoriens que nous sommes, Grands Comoriens, Maorais, Anjouanais et Mohéliens, constituent quelques-unes de vos réussites, comme Chef de la Diplomatie française aux Comores, ces trois dernières années.

Vous vous inscrivez, Monsieur l’Ambassadeur, dans la lignée de quelques-uns de vos illustres prédécesseurs qui ont servi la relation franco-comorienne en ce qu’elle a de meilleur.

Sans être exhaustif, il me plait de citer les ambassadeurs et amis des Comores, Alain DESCHAMPS, LAJAUNIE, RobertSCHERRER, Alain DE JAMMET, Remi MARECHAUX, Luc HALLADE, Philipe LACOSTE qui, chacun, selon les contextes historiques de nos années d’indépendance, a donné le meilleur de lui-même pour l’amitié et la Coopération entre la France et les Comores.

Monsieur l’Ambassadeur,

A quelques jours de votre départ des Comores, nous sommes convaincus, que vous avez énormément appris à connaitre notre pays, dans ses valeurs culturelles et sociales, mais aussi, dans ses complexités et ses non-dits, ainsi que les multiples atouts et talents dont il regorge.

L’itinéraire de la relation franco-comorienne, rénovée et tournée vers l’avenir, est tracé. Ensemble et avec vous, dans les nouvelles missions qui vous attendent, continuons à avancer et à progresser ! C’est notre métier de diplomate, qui est de nouer des amitiés, de défricher de nouveaux axes de paix avec engagement et persévérance ! Et c’est ce qui fait de notre métier, un métier passionnant pour les passionnés que nous sommes !

Monsieur l’Ambassadeur, Cher ami,

Entre la France et les Comores, c’est une longue et profonde histoire partagée, qui continue à s’écrire chaque jour qui passe. C’est pourquoi, elle suscite tant de passions et ne laisse personne indifférente. A cet égard, elle ne peut laisser ceux et celles qui écrivent cette histoire, à l’abri des critiques, des invectives et des passions.

Monsieur l’Ambassadeur,

Sachez que, d’ores et déjà, toutes les dispositions ont été prises pour accueillir, en toute amitié, votre successeur, Madame l’Ambassadrice Jacqueline BASSA-MAZZONIqui, comme vous, aura tout l’accompagnement du Gouvernement et du peuple comorien pour réussir sa mission au service du resserrement des liens d’amitié et de coopération qui existent, si heureusement, entre nos deux pays et nos deux peuples.

 

Cher ami, au revoir ! Bon vent ! Bonne chance et que le succès vous accompagne dans vos nouvelles missions.

Je vous remercie

There are no comments yet.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (*).

*